• Salt Butter Tea

Saga Dawa, le mois sacré du calendrier tibétain


Saga Dawa est l'un des principaux festivals religieux du Tibet. Contrairement aux autres festivals, Saga Dawa dure un mois entier.


Saga Dawa commence le 1er jour du 4e mois du calendrier tibétain et se termine le 30 du même mois. Cependant, pour certaines personnes, il commence le 15 du 3ème mois et se termine le 15 du 4ème mois.


Pourquoi Saga Dawa est-il si important ?


Saga Dawa est lié aux événements majeurs de la vie du Bouddha. Pour bien comprendre Saga Dawa, passons rapidement en revue l'histoire de la vie du Bouddha, telle que racontée par les bouddhistes tibétains.


Le Bouddha auquel la plupart des gens font référence est le Bouddha historique, le Buddha Shakyamuni.


On dit que le Bouddha a vécu entre le VIe et le IVe siècle avant Jésus-Christ, sous le nom de Siddhârta Gautama. Il est né prince, destiné à devenir l'héritier du trône de son père, chef du clan des Shakya. Au moment de sa conception, sa mère aurait rêvé d'un éléphant blanc à six défenses entrant dans son ventre. Peu de temps avant le terme, la reine part dans son pays natal pour accoucher. Siddhartha est né en chemin, dans un lieu appelé Lumbini (Népal).


Après sa naissance, un brahmane (membre de la classe des prêtres dans l'hindouisme) prédit que le prince Siddhartha deviendrait soit un grand roi, soit un grand sage. Comme son père souhaite que son fils devienne un roi, il essaie de garder Siddhartha dans le palais, le protégeant ainsi des influences qui auraient pu le détourner de sa destinée royale. Siddhartha se marie et a un fils. Bien qu'il ait pu mener une vie agréable, Siddhartha a le sentiment que la richesse et le confort matériel n’ont pas de sens. Un jour, malgré les efforts de son père, il fait le tour de la ville et aperçoit un vieil homme, un homme malade, un mort et un ascète. Le prince, choqué par la souffrance inévitable de la vieillesse, de la maladie et de la mort, et inspiré par cet ascète en quête de vérité, décide de quitter le palais pour chercher un moyen de se libérer de la souffrance.


Siddhartha essaie différentes traditions spirituelles, mais il reste insatisfait. Finalement, il s’assoit sous un arbre, seul, et commence à méditer sur la nature de l'esprit, à la recherche de la vérité absolue. Après un certain temps, il dissipe « le voile de l'ignorance », découvrant la vérité sur la souffrance, sur sa cause, sur sa cessation et sur le chemin de la libération. Il atteint « l’éveil », devenant un « bouddha », ce qui signifie « pleinement éveillé ». Après une vie de voyages et d'enseignement, le Bouddha quitte le monde des hommes à l'âge de 80 ans.


Saga Dawa commémore 3 événements de la vie du Bouddha : la naissance du Bouddha, l’éveil du Bouddha et enfin le décès du Bouddha. On dit qu'ils ont tous eu lieu le 15e jour du 4e mois du calendrier tibétain. Par conséquent, le 4e mois tout entier est devenu spécial.


Il est dit que pendant ce mois spécial, chaque action compte pour 100 000 actions. Une bonne action comptera pour 100 000 bonnes actions. Une action négative comptera pour 100 000 actions négatives. Cela encourage clairement à se comporter d'une meilleure manière que d'habitude.


Comment les Tibétains célèbrent-ils Saga Dawa ?


Comme nous l'avons déjà dit, on dit que chaque bonne action a le bénéfice de 100 000 bonnes actions. C'est pourquoi les bouddhistes tibétains essaient généralement d'accomplir davantage de bonnes actions, tant sur le plan religieux que sur le plan personnel.


D'abord sur le plan religieux


Pendant Saga Dawa, l'idée est de se comporter de la manière la plus vertueuse possible. Parmi les bonnes actions religieuses qui permettront d'accumuler de bons mérites : le pèlerinage, les prosternations, les prières, les offrandes de lampes, les dons dans les monastères et l'offrande d'or aux statues dans les monastères.


Tout d'abord, les gens essaient d'aller en pèlerinage. Par exemple, Lhassa est considérée comme un lieu particulièrement saint au Tibet. En particulier, le temple Jokhang de Lhassa est l'une des destinations de pèlerinage les plus importantes, tout comme les trois monastères Gelugpa de Sera, Drepung et Ganden, également situés dans la région de Lhassa. Par conséquent, les Tibétains d'autres régions (comme le Kham et l'Amdo, à l'est et au sud du Tibet) viennent à Lhassa pour se rendre en pèlerinage dans ces lieux saints.


Les gens essaient alors de faire autant de prosternations que possible. Certains vont circumambuler (« Kora » en tibétain, སྐོར་ར།) autour du temple Jokhang en se prosternant. Cela peut prendre environ deux heures, en fonction de vos conditions physiques et du nombre de pauses que vous faites. Certains feront la « Kora » en se prosternant autour du Palais du Potala. Certains se prosterneront même autour de la vieille ville de Lhassa sur une route d’une dizaine de kilomètres. Certains vont même venir de leur ville natale dans le Kham jusqu'à Lhassa en se prosternant, en calculant leur itinéraire afin d'arriver à Lhassa à temps pour Saga Dawa.


En outre, les gens essaient de faire plus de prières et de méditation pendant ce mois spécial.


Dans les monastères de Lhassa, les moines font plus de pratiques collectives que d'habitude. Nous avons également vu des moines construire de magnifiques mandalas dans les principaux monastères Gelugpa de Lhassa.


Certains vont offrir des lampes à beurre dans les monastères. Certains font des dons aux monastères.


Certains offrent de l'or qui sera utilisé pour repeindre les statues dans les monastères. Comme il s'agit généralement d'une offrande coûteuse, certains partagent parfois les frais pour une offrande d’or.

Offrande d'or à la statue du Jokhang (© Salt butter tea)


Une autre bonne action consiste à libérer des animaux. Les gens achètent généralement des animaux destinés à être tués et mangés (comme des poissons ou des animaux plus gros comme les moutons et les yaks). Ils les libèrent ensuite dans leur environnement naturel ou les élèvent eux-mêmes.


Au niveau personnel


Ici, la vie personnelle est bien sûr très liée aux croyances religieuses.


De nombreuses personnes cessent de manger de la viande pendant Saga Dawa. Certains essaient d'arrêter de manger de la viande au moins certains jours saints du mois tibétain, généralement les 8, 10, 15, 25, 29 et 30. De nombreux Tibétains estiment qu'ils ne sont pas capables d'arrêter de manger de la viande au quotidien, car leur alimentation est principalement composée de viande. Cependant, la plupart d'entre eux disent aussi qu'ils savent qu'ils commettent de lourdes actions négatives en mangeant des animaux. Par conséquent, pendant Saga Dawa, ils essaient d'arrêter de manger de la viande, afin de réduire au moins un peu la souffrance des animaux. Par conséquent, pendant Saga Dawa, la plupart des restaurants tibétains servent de la nourriture végétarienne. Certains organisent des buffets végétariens. Vivre à Lhassa pendant le Saga Dawa est un paradis pour les végétariens comme nous.


Certaines personnes essaient d'arrêter de boire de l'alcool et de fumer pendant Saga Dawa.


Enfin, la plupart des gens essaient de cultiver la compassion et la générosité (comme faire des dons aux mendiants).


Pour terminer, un petit extrait de la ferveur dans les rues de Lhassa en période de Saga Dawa.



 

Salt Butter Tea est un blog anglophone sur la culture tibétaine (www.saltbuttertea.com).

Vous pouvez également les suivre sur les réseaux sociaux : Facebook et Instagram.